Thibaut Rigaudeau, le « suceur de roue »

Date de publication de l'actualité
04/03/2020
Introduction - Titre
Thibaut et Bertrand se sont rencontrés lors d’un stage de l’équipe de France de paratriathlon, à Cannes, en avril 2019. Thibaut y avait été invité suite à des tests de détection prometteurs ; dans le même temps, la Fédération avait contacté Bertrand Billard pour qu’il devienne son guide.
Contenu de l'article

Entretien avec Bertrand Billard, son coach sportif

Thibaut et Bertrand se sont rencontrés lors d’un stage de l’équipe de France de paratriathlon, à Cannes, en avril 2019. Thibaut y avait été invité suite à des tests de détection prometteurs ; dans le même temps, la Fédération avait contacté Bertrand Billard pour qu’il devienne son guide.

Les qualités humaines de Thibaut et la solidité de son projet sont les raisons qui ont poussé Bertrand à accepter de l’accompagner. À ce propos, Il confie : « avoir été bluffé par ses capacités bien au-dessus de la moyenne à ressentir les choses, notamment en natation, une discipline dans laquelle il progresse très vite ».

Travailler avec Thibaut a permis à son coach de se rendre compte des problématiques d’entraînement liés au handicap visuel, également de se sensibiliser aux difficultés rencontrées par les personnes déficientes visuelles dans leur vie quotidienne.

Les freins majeurs que rencontre Thibaut pour mener à bien son projet est de combiner ses entraînements avec ses études de kinésithérapeute et sa vie parisienne. Le défi : gérer la fatigue liée à l’effort visuel quasi permanent. A cela, précise Bertrand Billard, « il faut ajouter que Thibaut, propulsé dans un projet de haut niveau en seulement 6 mois, doit apprendre les rudiments du triathlon en accéléré ».

Pour conclure sur un trait d’humour, Bertrand décrit Thibaut comme « un suceur de roue » : toujours à l’abri du vent derrière un copain !